Tuerie de Bruxelles : « Si tu n’arrêtes pas d’écrire contre l’islam, ce sera ton tour »

C’était le 5 juin dernier, vers 22 h 30. « Je rentrais d’un dîner avec mon épouse et un ami », raconte Daniel Salvatore Schiffer, philosophe et professeur à l’Académie royale des beaux-arts de Liège. « Je suis sorti me promener dans le bois qui fait face à ma maison, avec mon chien. Après que je l’ai détaché, deux hommes m’ont abordé. L’un de 35 ans environ, trapu, avec un collier de barbe ; l’autre, plus jeune, et qui semblait un peu en retrait. Le premier m’a dit : On a caillassé ta maison, crevé tes pneus de voiture. Si tu n’arrêtes pas d’écrire contre l’islam, ce sera ton tour. » Le ton monte, le chien accourt et fait fuir les deux hommes. Mais l’avertissement est lancé.

Les textes que Daniel Salvatore Schiffer fait régulièrement paraître dans les journaux européens déplaisent à certains. Le 24 mai, quelques heures après la tuerie du Musée juif de Bruxelles, le philosophe publie dans plusieurs médias, dont Le Point.fr, une tribune titrée « Nous sommes tous juifs ». « La bête immonde, écrit-il, celle qui se gave de la peste brune et se repaît du sang des martyrs, rôde de nouveau, tapie à l’ombre d’un extrémisme aussi sanglant qu’insensé, au coeur de l’Europe moderne et civilisée. » Déjà, il évoque les crimes du « fou d’Allah » Mohamed Merah à Toulouse.

Six jours plus tard, Mehdi Nemmouche est arrêté. Le meurtrier présumé de Bruxelles, qu’on appelle bientôt « l’autre Merah », a 29 ans. Il a plongé adolescent dans la délinquance, puis dans l’islam radical, avant de partir combattre en Syrie, fin 2012. Daniel Salvatore Schiffer publie alors une nouvelle tribune : pas plus que Merah, Nemmouche n’est un « loup solitaire« , estime-t-il. L’un et l’autre font, au contraire, partie d’un « vaste réseau, extrêmement organisé ». Nemmouche, rappelle-t-il, a grandi en outre dans le quartier même où sévissait, dans les années 1990, le « gang de Roubaix ». Un groupuscule fondamentaliste qui avait rejoint les moudjahidin combattant en Bosnie…. et que l’intellectuel connaît bien, pour en avoir directement reçu des menaces après avoir dénoncé les horreurs commises par les Serbes, mais aussi par les Bosniaques.

http://www.lepoint.fr/societe/tuerie-de-bruxelles-si-tu-n-arretes-pas-d-ecrire-contre-l-islam-ce-sera-ton-tour-21-06-2014-1838381_23.php

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s