La Syrie a lancé un raid aérien contre l’EIIL sur son propre territoire

La BBC a précisé jeudi que le premier ministre irakien Nouri al Maliki a déclaré que l’aviation syrienne avait attaqué les positions des djihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) sur le territoire syrien et non en Irak.
« En effet, les chasseurs syriens ont attaqué de leur côté de la frontière avec l’Irak la zone de la ville frontalière d’Al Kaïm », selon la BBC qui reprend la citation exacte du chef du gouvernement irakien.

Selon M.al-Maliki, il n’a pas sollicité une telle intervention syrienne mais « salue » toute action contre l’EIIL, qui s’est emparé d’une partie du nord-ouest de l’Irak et de l’est de la Syrie.

« Nous n’avons pas concerté nos actions (avec la Syrie), mais nous saluons de telles actions. Nous saluons toutes les frappes de la Syrie contre l’EIIL », a-t-il souligné.

Selon les médias, la Syrie a effectué des frappes aériennes contre les concentrations de djihadistes près de la ville d’Al Kaïm, contrôlée par les islamistes. Ce raid aérien aurait fait 18 à 20 morts et des dizaines de blessés. D’après certains médias, il pourrait s’agir de frappes portées par des drones américains, mais le Pentagone a formellement démenti cette information.

Les autorités de l’Irak et de la Syrie essaient d’endiguer l’offensive de l’EIIL, déterminé à conquérir un vaste territoire riche en pétrole. Depuis les trois dernières semaines, les commandos de l’EIIL, soutenus par les tribus sunnites et d’anciens militaires irakiens, ont envahi plusieurs villes de l’Irak et des territoires situés à la frontière avec la Syrie et la Jordanie.

L’armée et la police irakiennes ont tenté de reprendre les territoires occupés par les djihadistes, mais n’ont toujours pas réussi à inverser la situation. Bagdad a sollicité l’aide militaire d’autres pays, notamment des Etats-Unis.

Syrie: 10,8 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire (Onu)

Le nombre de Syriens ayant besoin d’une aide humanitaire a augmenté d’un million et demi au cours des six derniers mois pour atteindre 10,8 millions de personnes, a indiqué jeudi la secrétaire générale adjointe des Nations unies Valerie Amos.

« En 2011, j’ai rapporté au Conseil de sécurité qu’un million de Syriens avaient besoin d’une aide humanitaire. A l’heure actuelle, leur nombre est évalué à 10,8 millions, soit un million et demi de plus qu’il y a six mois », a déclaré Mme Amos lors d’une réunion sur la Syrie du Conseil de sécurité de l’Onu.

Et d’ajouter que les organisations humanitaires ont du mal à atteindre 4,7 millions de Syriens se trouvant dans des zones difficiles d’accès.

Selon la secrétaire générale adjointe, 241.000 Syriens habitent toujours dans des villes assiégées sans pouvoir en sortir.

« Nous ne pouvons les atteindre pour leur fournir l’aide humanitaire dont ils ont grand besoin », a-t-elle dit, rappelant qu’au moins 60 travailleurs humanitaires ont péri dans l’exercice de leurs fonctions en Syrie.

Le délégué permanent australien auprès des Nations unies Gary Quinlan a annoncé jeudi aux journalistes qu’un nouveau projet de résolution sur l’aide humanitaire à la Syrie serait prochainement soumis au Conseil de sécurité de l’Onu.

La Syrie est secouée depuis plus de trois ans par un conflit intérieur qui a déjà fait plus de 150.000 morts, des civils pour la plupart. Plus de 2,3 millions de Syriens ont dû fuir le pays en raison des hostilités. Les forces gouvernementales font face à des groupes armés de différentes origines qui comprennent des mercenaires étrangers.

Syrie: un nouveau projet de résolution bientôt soumis au CS de l’ONU

Un nouveau projet de résolution sur la situation humanitaire en Syrie sera prochainement soumis au Conseil de sécurité de l’Onu, a annoncé jeudi aux journalistes l’ambassadeur australien aux Nations unies Gary Quinlan.

Toujours jeudi, la secrétaire générale adjointe de l’Onu Valerie Amos a présenté aux 15 pays membres du Conseil de sécurité un rapport sur la situation humanitaire extrêmement grave en Syrie.

« Après la réunion d’aujourd’hui, nous espérons pouvoir diffuser le projet de résolution parmi tous les pays siégeant au Conseil de sécurité », a déclaré M.Quinlan.

Le représentant permanent de la Russie Vitali Tchourkine, qui préside en juin le Conseil de sécurité de l’Onu, avait antérieurement proposé un projet de résolution russe qui prévoyait l’ouverture de quatre points de franchissement de la frontière séparant la Syrie de ses voisins.

« Le modèle proposé par M.Tchourkine ne fonctionnera pas, car le gouvernement syrien a l’intention de formuler une série d’exigences très élevées envers les opérations humanitaires, qui ne tarderont pas à nous rejeter en arrière », a déclaré le diplomate australien.

M.Quinlan a dans le même temps souligné que « tous les pays membres [du Conseil de sécurité] souhaitaient trouver une solution » et qu’il fallait « agir très vite ».

http://www.cameroun24.net/?pg=actu&ppg=1&pp=1&id=15978

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s