Quand le Hamas était l’allié d’Israël

Quand le Hamas était l’allié d’Israël

LUNDI 14 DéCEMBRE 2009
INTERVIEW – Israël a fermé les yeux sur l’ascension des islamistes palestiniens. Une erreur historique, selon Charles Enderlin, le correspondant de France2 à Jérusalem.

Aujourd’hui, la scène paraîtrait surréaliste. Pourtant, le gouverneur militaire israélien a bel et bien participé à l’inauguration d’un immeuble des Frères musulmans à Gaza aux côtés du cheikh Yassine, le chef spirituel du Hamas. C’était en septembre 1973. A l’époque, les islamistes sont les alliés d’Israël contre la gauche palestinienne. Dans son dernier livre Le grand aveuglement[1], le correspondant de France 2 à Jérusalem, Charles Enderlin, raconte comment les Israéliens ont contribué à la création d’«un Golem, le Frankenstein de la tradition juive qui se retourne contre son créateur». Rencontre avec le journaliste, déjà auteur de deux ouvrages sur les négociations de paix israélo-palestiniennes: Le rêve brisé (2002) et Les années perdues (2006).

Comment expliquez-vous l’aveuglement d’Israël à propos du Hamas?

Charles Enderlin: Il faut se remettre dans le contexte de l’époque. En 1967, quand Israël occupe la bande de Gaza, les cafés vendent encore un peu d’alcool. Il y a un cinéma. Les Israéliens ont fort à faire avec le Fatah de Yasser Arafat et le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) de George Habache, deux mouvements de gauche et laïques. Arrive à Gaza un cheikh paraplégique qui dit avoir les mêmes ennemis. Le donc futur fondateur du Hamas est autorisé à faire venir des fonds à Gaza, et les mosquées poussent comme des champignons. Lorsque le nouveau général responsable de Gaza s’en inquiète, ses officiers lui répondent que Yassine est «l’antidote à l’OLP».

A quel moment les responsables israéliens ont-ils ouvert les yeux?

Le masque tombe lorsque le Hamas est fondé et lance le jihad contre Israël en 1988. Après les accords d’Oslo, le mouvement islamiste torpille le processus de paix en faisant exploser des bus à Jérusalem et à Tel Aviv. Quand la droite revient au pouvoir, les attentats cessent presque totalement. Ils ne reprendront qu’après le déclenchement de la seconde Intifada.

Plutôt que de s’en prendre au Hamas, Israël a systématiquement puni l’Autorité palestinienne, accusée de ne pas empêcher les attentats du Hamas. Pourquoi?

Ariel Sharon était obnubilé par Arafat. Quand le premier ministre décide de réoccuper la Cisjordanie au printemps 2002 profitant d’un attentat meurtrier du Hamas, les pays arabes s’apprêtent à approuver le plan de paix saoudien qui reconnaît Israël.

Israël a-t-il laissé le Hamas prendre le contrôle de Gaza?

 

http://www.lecourrier.ch/quand_le_hamas_etait_l_allie_d_israel

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s